dans Robots collaboratifs

Le terme robot collaboratif en résumé

Vous avez vu dans les articles précédents les 4 modes de collaborations:

1-Zone de sécurité surveillée: Le robot est «désénergisé» quand on entre dans la zone de sécurité

2-Guidage à la main: On peut prendre directement le bras robot pour le déplacer

3-Vitesse et zone surveillée: Selon la distance de l’opérateur par rapport au robot, le robot arrête ou ajuste sa vitesse.

4-Limite de la puissance et de la force: Le robot surveille de façon sécuritaire les impacts avec son environnement.

Ceci illustre bien les différences entre les robots dits industriels et ceux dits collaboratifs.

Il est également important de comprendre que nous faisons une grave erreur en utilisant de façon trop générale le terme robot collaboratif. Ce n’est pas le robot qui est collaboratif, c’est l’application qui est collaborative.

Par exemple, j’ai un robot qui doit faire la découpe au plasma d’une pièce d’acier. Les vitesses de coupe plasma pourraient faire en sorte que l’utilisation d’un robot collaboratif à une vitesse collaborative est viable. Par contre il y a un risque de brûlure lié au procédé. Donc, même si on dit qu’on a un robot collaboratif, l’application n’est pas collaborative et doit être sécurisée en conséquence.

Enfin, malgré toutes ses fonctionnalités les opérateurs doivent tout de même être vigilant lorsqu’il travaille près d’un robot pour éviter les blessures potentielles même si celui-ci possède des fonctionnalités de sécurité avancées qui le rendre collaboratif. Le robot collaboratif reste un outil de travail tout comme une scie à chaîne ou une perceuse à colonne. Il est important de prendre conscience du risque, de le réduire à un niveau acceptable et de former son personnel.

Pour toutes questions concernant les robots industriels ou collaboratifs n’hésitez pas à nous contactez, info@revtechsys.com !