dans Robotique dans votre entreprise

Lors de la crise, plusieurs entreprises ont dû trouver un moyen de continuer leurs opérations tout en respectant la législation mise en place pour le contrôle de la crise. Plusieurs ont dû mettre à pied temporairement leurs employés et même arrêter leur production. À ce moment, un sentiment de panique a parcouru les entrepreneurs qui pensaient à la survie de leur entreprise et on le comprend. Par contre, cette situation a aussi révélé des opportunités intéressantes.

Alors que les entreprises ont diminué leurs effectifs, certains gestionnaires se sont rendu compte qu’il réussissait à produire 70-80% de leur production standard avec 40-50% de leurs effectifs. 

“Au départ on a considéré ça comme une catastrophe et il y a eu un petit moment de panique. Panique qui a durée seulement deux jours avant qu’on réalise qu’il s’agissait plutôt d’une chance insoupçonnée de réviser les procédures, créer un environnement pour faire un retour aux sources, retrouver notre flexibilité et agilité d’antan, retour aux bonnes pratiques.” Confie Yvan Thibault de Granit Design. L’entreprise possède une cellule robotisée pour la coupe de la pierre. L’entreprise avait mis beaucoup d’efforts vers la croissance et avait, par le fait même, créé de nouvelles sources de gaspillage.

Source: Vidéo promotionnelle Granit Design

Le 8e gaspillage manufacturier

Dans la méthodologie du Lean Manufacturing, on parle des 7 possibles gaspillages en entreprise, n’est-ce pas? Aujourd’hui, il y a un 8e type de gaspillage qui devient de plus en plus d’actualité: le gaspillage humain!

Source: https://theleanway.net/The-8-Wastes-of-Lean

En effet, lorsqu’on travaille dans l’automatisation et la robotique, on se rend vite compte de la complexité et de la versatilité des êtres humains. Nous devrions tous utiliser les opérateurs très intelligemment. Utiliser une “machine” aussi complexe et pourvue d’intelligence est un grand gaspillage si elle est attitrée à une tâche simple, répétitive et à non-valeur ajoutée.

De plus, on parle depuis un bon moment de la pénurie de main d’oeuvre au Québec. Les entreprises mettent beaucoup d’effort dans le recrutement, mais ont de la difficulté à trouver de la main d’oeuvre qualifiée. Le recrutement amène également son taux de défis et de frais: temps de recrutement, entrevue, formation, charge RH, sans oublier les tracas supplémentaires quant à la gestion de ces ressources.

La lumière au bout du tunnel

Dans la situation actuelle, quelques-uns de nos clients et contacts ont donc réalisé qu’en diminuant leurs effectifs (suivant la législation en vigueur), ils étaient en mesure de produire quasiment autant. Par contre, ils ont réalisé qu’ils avaient une paix d’esprit et un meilleur contrôle de leur production. Serait-ce la porte d’entrée des entreprises dans l’ère de l’automatisation et de l’industrie 4.0? Je m’explique.

Si ces entreprises qui mettent beaucoup d’efforts et d’investissement dans le recrutement se tournaient vers l’investissement dans l’innovation, ils pourraient améliorer leur production au point où ils pourraient produire plus avec le même nombre d’effectifs! Cela permettrait également à l’entreprise à miser sur son taux de rétention d’employés au lieu de ses embauches. Cela offrirait alors de meilleurs emplois et milieux de travail aux employés. L’entreprise en bénéficierait alors sur tous les niveaux.

Ceci est matière à réflexion selon moi!

__________

__________