dans Non classé

Nous avons fait plusieurs projets robotiques partout au Québec. Certaines cellules contiennent des technologies plus traditionnelles comme les robots industriels, mais une bonne partie de nos solutions contient des robots collaboratifs. Cette nouvelle technologie permet aux robots de côtoyer les humains dans leurs environnements de travail, sans grillage de sécurité.

En rapprochant l’humain du robot, l’industrie de la robotique n’a pas eu d’autres choix que de revoir la sécurité de ce type de projet. Des clauses spécifiques ont été greffées à la norme robot CSA-Z434 en plus de voir naître la TS-15066. Tout comme dans les cellules robotiques traditionnelles, nous devons faire l’analyse de risque de la cellule collaborative. C’est cette analyse qui nous permet de bien catégoriser et contrôler les risques de ce type de projet. Cette analyse est basée principalement sur les normes CSA-Z434 et la TS-15066.

Par contre, il est bien important de comprendre quelque chose. Dans notre vie quotidienne, on fait constamment face à des situations dangereuses. On ferme une porte, fait attention à tes doigts. On descend les marches, fait attention de ne pas débouler. On mange, fait attention de ne pas t’étouffer. Bref il faut comprendre qu’on ne peut pas toujours éliminer le risque, mais qu’avec l’information nécessaire fournie au personnel ainsi qu’un contrôle des dangers potentiels, on RÉDUIT le risque de sorte que la solution est jugée sécuritaire.

Qu’est-ce qui sécurise un bucheron à ne pas mettre sa main sur la scie mécanique quand elle tourne, sa compréhension du danger et sa formation. C’est pareil avec les robots. Nous voulons réduire le risque au minimum afin que les gens soient sécuritaires en compagnie de leurs nouveaux compagnons de travail, le robot collaboratif.

L’autre jour je donnais le bain à mon plus jeune de 6 mois. En lui nettoyant les cheveux je me suis rendu compte que le shampoing était spécialement conçu pour ne pas qu’il brûle les yeux, ce qui donne un shampoing moins fort, mais sécuritaire pour les tout petits. Par contre mon bon vieux Head & Shoulders lui fonctionne super bien, mais brûle les yeux. La logique, tu fermes les yeux pour ne pas que ça brûle. Il y a donc des gens dans les compagnies de shampoing qui doivent faire l’analyse de risque. Tu ne veux pas que ça brûle tes yeux au point de te rendre aveugle, mais tu veux un shampoing performant. Ils font donc une réduction du risque et ensuite se fier sur les connaissances et le gros bon sens des gens pour se fermer les yeux afin d’éliminer le danger du brûlement des yeux.

Donc, ne poussez pas à l’absurde les dangers potentiels que vous identifiez dans vos projets de robots collaboratifs. Restez dans le réaliste, dans le gros bon sens, tout en se référant aux normes.